Le Conseil du Réseau

Le Conseil du réseau

Catherine et Florian Rochat

« Catherine et Florian sont le couple fondateur et animateur du « Réseau d’implantations de Communautés chrétiennes CéPéE Jura / Saône et Loire ».

Arrivés depuis la Suisse où ils exerçaient déjà un ministère pastoral, ils se sont installés à Morez dans le Haut Jura à Pâques 1991 pour travailler à l’installation d’une première Communauté Évangélique.
Une dizaine d’année plus tard, c’est dans la région du vignoble d’Arbois qu’ils s’établissent et commencent une seconde implantation, aujourd’hui Maison de l’Espérance à Mouchard. Dans les années qui suivent ce sera également un travail sur la ville de Dole ainsi que la naissance d’une église dans la Bresse Louhannaise.

La vision et la croissance d’un Réseau  se consolidera pas à pas avec le développement de cultes et de retraites en communs, de rencontres et de formations d’Équipiers (plus d’une quarantaine à ce jour), d’un partenariat avec une église à Mâcon ainsi que le fonctionnement avec un Conseil de Réseau.
Catherine et Florian veulent aujourd’hui s’engager activement et prioritairement dans l’accompagnement des responsables actuels et la formation de jeunes leaders. »

Jacky et Eliane Péridon

« Élevé par une famille d’origine chrétienne, j’ai été éduqué suivant les principes bibliques et à la fin de mon adolescence, j’ai demandé le baptême. Après une formation technique, j’ai fini par rentrer dans le corps enseignant et fait carrière auprès des enfants en difficulté voir en grandes difficultés.

Parallèlement avec mon épouse Éliane, nous avons fondé une famille, eu trois enfants (Éric, Michel et Aude) et aujourd’hui 10 petits enfants.

Ayant naturellement l’esprit de service, très tôt j’ai accepté des tâches dans les différentes églises que nous avons fréquentées et plus particulièrement l’entretien ou la construction de locaux d’église, les tâches administratives (secrétariat comptabilité) de plusieurs associations… et donné de nombreux coups de main ici et là ! (Note de mon épouse)

A 40 ans, j’ai découvert que j’étais un enfant adopté, qu’on avait changé mon prénom et mon nom, qu’on me l’avait caché alors que de nombre de personnes de mon entourage le savaient : cela a été un coup dur, très dur…
Heureusement, au travers de mes engagements dans les différentes communautés, j’ai eu vraiment la révélation que même si je n’avais pas de généalogie, j’avais un Père Céleste, un Père parfait, et une grande famille au travers de l’Église locale.

Maintenant, je suis toujours engagé au service de l’Église locale, des rencontres inter-églises, mais aussi dans l’Éthique (vu mon histoire). »

Jacky Péridon

Jean-Charles et Alwin Edouard

Sylvain Ponçot

%d blogueurs aiment cette page :